Ce journal étudiant a été créé par Patrice Tourangeau.
Il est maintenant administré par
Normand Brousseau, enseignant en informatique.

 

© À nous la parole et CEA Antoine-Brossard tous droits réservés.

 

  • YouTube classique

Que vois-tu? Je vois…

 

À l’hôpital Pas-De-Nom se trouve une chambre assez ennuyante.  Cette chambre est occupée par deux voisins âgés. Le nom du premier est Mr.no1 et l’autre Mr.no2.

 

M.no2 demande à M.no1 qui est situé au bord de la fenêtre :«Que vois-tu?» M.no1 soupira et commença à regarder à l’extérieur et dit :« Il y a un parc dehors, juste de l’autre coté de la rue de l’hôpital. Il y a une grosse fontaine à coté d’une zone de promenade et…» M.no1 poursuivit à décrire ce qu’il voyait pendant près d`une heure. Quant à M.no2, il imaginait le paysage décrit par son voisin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, M.no2 avait les yeux fixés sur M.no1 qui lisait un livre. L'homme avec son livre se sentit observé et perdit toute concentration. Il ferma donc son livre et le déposa sur la table. M.no2 en profita et il lui posa une question tout excité: «Que se passe-t-il au parc? » M.no1 regarda son voisin et sourit, puis il détourna son regard vers la fenêtre. :« Au parc, je vois des enfants en train de jouer, des parents poussant  leurs petits sur la balançoire. Sur la promenade, je vois de jeunes personnes se promener. Il y a un enfant devant la fontaine avec une pièce de monnaie prêt à faire son vœu, et…. » Cette fois-ci, la conversation dura plus de deux heures. Les deux voisins parlèrent du monde qui se trouvait de l’autre coté de la fenêtre et leurs cœurs devinrent joyeux.

 

Plusieurs semaines passèrent et la chambre qui autrefois était la plus ennuyante de l’hôpital Pas-De-Nom était devenue la plus animée. Les médecins et les infirmières parlèrent beaucoup de la joie qu’avaient les deux hommes.

 

Un jour, l’hôpital donna le feu vert à M.no1 pour retourner chez lui. Donc, M.no2 demanda d’être placé à l’ancien espace de son voisin pour pouvoir profiter de la vue qu'il avait tant imaginée. Quand il regarda à l’extérieur de la fenêtre, il ne vit qu’un mur de brique.  :«HAHAHAH!!», rit l’homme de façon joyeuse en pensant à son grand ami M.no1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé» Voltaire.