Ce journal étudiant a été créé par Patrice Tourangeau.
Il est maintenant administré par
Normand Brousseau, enseignant en informatique.

 

© À nous la parole et CEA Antoine-Brossard tous droits réservés.

 

  • YouTube classique

La femme d'il y a 20 ans



Un homme solitaire, vivant dans une petite maison d'un village isolé, attend avec patience son sourire journalier. Par sa fenêtre, il attend le passage du facteur qui ne s'arrête que très rarement à sa porte, mais qui lui offre tous les jours un sourire suivi d'un hochement de tête. Il fait tempête à l'extérieur et la neige bloque les routes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le facteur ne passe pas et l'homme, ignorant peut-être inconsciemment la tempête, se convainc qu'il a dû passer plus tôt. Comme il ne l'a pas vu passer, il décide de jeter un coup d'oeil dans la boîte aux lettres. À sa grande surprise, il y trouve une enveloppe blanche sans timbre ni adresse. À l'intérieur de celle-ci se trouve un court message: C'était l'hiver. En ce vendredi soir, le froid nous glaçait les os. Ne comprenant pas le sens du message, l'homme décida d'aller se coucher et de revoir à cela le lendemain.

 

Aux petites heures du matin, avant même que le soleil soit présent, l'homme était déjà éveillé et fixait avec questionnement le message gisant sur la table. Sans s’arrêter, marchant d'un bout à l'autre de la cuisine, l'homme se torturait par ses questionnements. « Qui ? Quand ? Où ? Comment ? Je n'ai pas d'amis et je ne crois pas qu'un membre de ma famille aurait écrit un message aussi absent de sens ! » L'homme oublia même de déjeuner. Il ne pensait à rien d'autre qu'au mystérieux courrier. Brutalement expulsé de ses pensées, l'homme, avec sursaut, fut chamboulé. «Quelqu'un frappe à la porte. Je n'ai pas l'habitude d'être dérangé», se dit-il. Il se rendit, tranquillement et avec méfiance, vers la fenêtre, ouvrit légèrement le rideau et y vit une belle jeune femme se tenant devant la porte avec prestance. Avec timidité, il tourna la poignée, entrouvrit la porte et se couvrit derrière cette dernière, ne laissant paraître qu'une petite partie de son visage décrépit. «Bonjour, je suis votre fille», dit la jeune femme d'un ton poli.

 

Confortablement installée dans le canapé, la jeune femme lui expliqua que sa mère, il y a quelques mois, avait trépassé. N'ayant pas déjeuné, il prit soin d'inviter la jeune femme au restaurant du coin. Arrivé à sa table habituelle, l'homme commanda son repas pendant que la jeune femme ne fit que répondre qu'elle ne voulait rien. Une voix familière se fit entendre dans le restaurant. En se tournant, l'homme y trouva un visage familier situé à l'autre bout de la salle à manger. «C'est cette femme d'il y a 20 ans», se dit-il en se retournant pour demander à sa fille le pourquoi du comment. La jeune femme avait disparu. L'homme ne comprenant plus du tout ce qui se passait demanda au serveur où la jeune femme était allée. Le serveur, d'un air surpris, lui répondit qu'il était venu seul. Notre homme retourna chez lui perturbé par la présente situation. Arrivé à sa demeure, il ne trouvait plus le mystérieux message et se dit que la jeune femme l'avait peut-être subtilisé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques jours plus tard, l'homme retourna pour son déjeuner habituel au restaurant du coin. À sa grande surprise, la femme d'il y a 20 ans y était. Il se décida à aller lui demander où était sa fille et pourquoi elle lui avait dit que la dite femme était décédée. La femme lui répondit, d'un air ébahi, qu'elle n'avait jamais eu d'enfants et qu'elle trouvait bizarre que l'homme, qu'elle croisait régulièrement au restaurant, agisse, tout d'un coup, aussi étrangement.